Controverses théorie-pratique

Nicolas : enseignant l’anthropologie des techniques dans plusieurs d’écoles d’arts appliquées, je suis amené, lors d’invitations ou lors de rencontres informelles, à croiser des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent à ce contexte d’enseignement de recherche. Les discussions sont toujours fertiles, en lien avec les parcours, les expériences, et les intérêts de chacun, mais j’ai récemment relevé une controverse récurrente.

Les interlocuteurs semblent tous s’accorder sur l’intérêt de ces disciplines et de leur application dans le champ de la création, mais, tout d’un coup, je vois les anthropologues (ou sociologues) se raidir lorsque les collègues designers leur font sentir qu’il sont des « théoriciens », un qualificatif qui entraine en général une réaction d’énervement (ou de lassitude, c’est selon) puis une réponse du genre « non mais on ne se contente pas de théorie, on va sur le terrain, on produit un matériau d’enquête, on va l’analyser, parfois on doit construire un dispositif pour cela, et plus tard on produira éventuellement des concepts pour leurs articles. ». Ce à quoi, les collègues designers répondent qu’ils ne voient pas bien où est le problème, et que tout cela leur semble bien relever de ce que fait un « théoricien ». Chacun y met son grain de sel et les arguments fusent. J’ai en tête une spécialiste des cultures matérielles, plus pédagogue que les autres, qui affirma lors d’une rencontre quelque chose comme « L’anthropologie c’est aussi une pratique, il suffit de s’en rendre compte en lisant les manuels d’ethnographie, d’enquête de terrain », ou de cette proposition d’une collègue de retour d’un terrain sud-américain : « En anthropologie, nous avons une double dimension théorique et pratique, on ne peut pas réduire la discipline à des considérations abstraites et conceptuelles, ni à une fonction méthodologique ». Ce qui me semble on ne peut plus vrai de mon point de vue anthropologique, mais ce constat n’est pas forcément partagé par mes collègues.

La conversation plus ou moins animée se poursuit, témoignant d’une incompréhension mutuelle, jusqu’à ce qu’une designer lâche le morceau avec quelque chose du genre : « vous êtes des théoriciens parce que vous n’êtes pas des praticiens, vous ne produisez pas des objets à destination du grand public, vous n’avez pas un studio, une agence, vous produisez des connaissances, mais vous n’êtes pas dans le même monde ». Ou, de manière plus directe : « les théoriciens ce sont ceux qui écrivent et qui parlent, les praticiens ce sont ceux qui produisent des objets et qui les diffusent ». Ouch !

Si je suis d’accord avec les anthropologues sur la dimension « pratique » fondamentale de cette discipline – c’est d’ailleurs l’un des thèmes qui me passionne dans le fait de travailler dans une école d’art et de design – je trouve cette incompréhension avec les designers particulièrement intéressante. Elle oblige en effet à saisir que derrière ce qualificatif de « théoricien » se cache des considérations qui ne sont pas forcément perceptibles au chercheur en sciences sociales débarquant fleur au fusil en école d’arts appliqués. Sans décrire toutes les nuances, il en est une qui me semble fondamentale pour comprendre l’opposition théorie/pratique : celle-ci renvoie souvent à une logique de distinction courante dans ce contexte d’enseignement. Les praticiens sont les designers et artistes qui ont une activité en parallèle de leurs enseignements, qui ont reçu une formation en école, et surtout qui interviennent dans des ateliers de réalisation de projet, et parfois de cours sur une technique précise (« Initiation à la programmation », « Modélisation 3D »). Les théoriciens, couramment des historiens de l’art ou des philosophes, sont ceux qui donnent des cours ou des séminaires, qui ont reçu une formation universitaire et dont la production est essentiellement discursive. C’est dans ce contexte que vient se loger la discussion mentionnée ci-dessus. Et c’est d’ailleurs souvent lors des échanges à propos du calendrier de cours – dans lequel des plages horaires sont dévolues aux enseignements « pratiques  » et « théoriques » – qu’apparaissent les incompréhensions : est-ce que l’anthropologue va intervenir dans un atelier (la réalisation d’un projet encadré par une équipe d’enseignants), ou bien dans un cours théorique (c’est à dire quelques heures dans une salle dans les étudiants sont assis à écouter et prendre des notes) ? Va-t-on lui demander un cours technique (ce qui pourrait paraître antithétique avec la notion de sciences humaines et sociales) ? Suivant les écoles et suivant les situations, tout est au fond possible, et j’ai pu me retrouver ainsi à offrir un atelier d’initiation à l’enquête de terrain, un cours sur l’importance de l’observation dans le design, un séminaire sur l’anthropologie des techniques numériques(1).

Dans tous les cas, ces discussions sont passionnantes pour les anthropologues, car elles obligent à repenser la discipline et ses apports dans un contexte différent de celui auquel ceux-ci sont habitués. Si, comme je l’ai dit plus haut, je pense que l’anthropologie comprend à la fois une dimension théorique et pratique, ces réflexions nous poussons à mieux saisir l’articulation entre les deux, et nuancer la dimension « appliquée » de l’anthropologie.

Notes:

(1) Paradoxalement, cette diversité me semble plus manifeste dans le contexte d’école d’art et de design qu’en école d’ingénieur ou de commerce, dans laquelle je relève une tendance à cantonner l’anthropologie à sa dimension méthodologique d’enquête de terrain (en général en préalable à la conception de produits ou de services). Un reproche que le chercheur Paul Dourish faisait déjà en 2006.

Olivier : Oh oui, ça fait mal de se faire renvoyer dans les cordes de l’intellectualisme : ) 

J’ai le sentiment que trois problématiques se mélangent sur ce sujet.

La première est celle de la capacité d’avoir un impact sur « le monde ». A ce titre,  le « faire » de l’anthropologue dont tu parles renvoit aux conditions de production d’une connaissance, et donc réduit la capacité à avoir un impact. Sauf à valoriser le moment de l’enquête comme une performance en soi, transformatrice pour les différents acteurs concernés, ce qui est d’ailleurs une posture polémique : dans ma formation on m’a surtout appris à minimiser l’impact de ma présence, voire à en faire un atout temporaire lors de la recherche (jusqu’au cas extrême des breaching experiments), mais à réduire l’impact à long terme. Il y a des alternatives à cette vision, entre guillemet classique, et l’on peut en effet se demander si ce « faire » dans le temps de l’enquête n’est pas un terrain d’intervention sous-exploité à ce jour.

La seconde concerne les enjeux de pouvoir au sein des institutions. C’est assez banal de le répéter, mais face à des institutions où les postes à pouvoir sont limités, il n’est pas inutile de classer/ déclasser « son épistémologie » au regard de celle « des autres ». Parfois, ce n’est que cela. Il m’est arrivé plusieurs fois d’entendre d’un collègue designer me dire : « ce n’est pas aussi rigoureux (entendu sans théorie et sans grille d’entretien de 3 pages) que ce que tu ferais, mais… », que l’on peut lire comme une manière de déminer ce potentiel conflit d’autorité sur la légitimité du travail et d’avancer rapidement vers les « choses » produites. En retour, les anthropologues intervenant en entreprise ou dans le conseil répètent fréquemment leur souci de valoriser leur apport théorique, contre un usage « braconné » de l’ethnographie par des non diplômés des sciences-sociales. Face à un prospect en rendez vous commercial, je pense ne pas être meilleur que les autres en abusant probablement d’arguments d’autorité disciplinaires du même type.

Enfin, je trouve intéressant cette focale sur l’objet. En quoi, finalement, un objet serait-il plus concret qu’une idée (qui, pour exister, nécessite des supports-objets comme des livres ou des écrans, et des infrastructures, etc.) ? Et à l’inverse, un objet est-il dénudé de valeurs et de symboles ? Ces deux questions sont bien sur rhétoriques. Pour essayer de dépasser ce point, j’aime beaucoup le concept de performativité, qui permet de déplacer la question de « l’impact » de la matière vers le registre des effets. A ce titre, on peut interroger « l’effet que cela fait » de produire une oeuvre critique dans le contexte d’une exposition d’art ? L’effet que cela fait de créer des objets en plastique consommé par des millions de personnes ? L’effet que cela fait de montrer que l’économie de l’emploi repose sur des « bullshit jobs » (pour ne citer qu’un succès de librairie récent de l’anthropologie). Rapporté à ce critère, on peut en effet apporter un regard plus nuancé, je pense, aux problématiques hiérarchiques entre théoricien et praticien ?  

Références bibliographiques

Dourish, P. 2006, Implications for Design, Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, April 22-27, 2006, Montréal, Québec. [doi>10.1145/1124772.1124855] .



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.