Dessiner ou commenter ?

Olivier : Etymologiquement, l’ethnographie est une activité d’écriture, tandis que le design serait avant tout une démarche de dessin. Par extension, les anthropologues mettraient avant tout l’accent sur la collecte de commentaires, de paroles et de témoignages ; les designers préférant faire émerger des concepts par un travail de projection graphique.  Dans le deux cas, dirait certainement Tim Ingold (avec Lines, 2007, Redrawing anthropology, 2011 et The Life of Lines, 2015, voir aussi cette vidéo) il s’agit de tracer des lignes, mais des lignes aux effets très différents quant à la manière de produire de la connaissance et de transformer le monde.

L’opposition est caricaturale. Pourtant, elle indique une frontière parfois difficile à dépasser. Du point de vue de l’anthropologie, les quelques productions directement concentrées sur le dessin sont essentiellement des écrits autour d’expérimentation par le dessin. A ce propos, Tim Ingold ne fait pas exception. Il revendique la force épistémologique des tracés, du mouvement de la main (et des corps). Mais son anthropologie reste avant tout principalement scripturale, l’image ponctuant le propos et non l’inverse.

L’exemple récent le plus avancé en direction d’une prise en compte plus systématique du dessin dans l’activité de l’anthropologie est l’ouvrage récent Drawn to see d’Andrew Causey. A travers des très nombreux exercices, on découvre non seulement que dessiner est possible – la sanction esthétique ne doit pas figer l’ethnographe, il est possible de représenter et de découvrir à partir de quelques procédés simples à acquérir – mais aussi que le fait de dessiner contribuer à voir.

(Causey, 2017)

Cette fonction épistémique du dessin expliquerait peut-être pourquoi on devine chez de nombreux collègues – notamment au sein des « carnets » de terrain comme en a rendu compte, de manière une nouvelle fois pourtant très langagière, Michael Taussig dans  I Swear I Saw This. Drawings in Fieldwork Notebooks, Namely My Own – la présence de cette modalité de connaissance. Pour Causey, le dessin présente de nombreux avantages, tels que :

  • il permet une collecte de données dans des situations ou la présence d’un appareil photo ou d’une caméra n’est pas possible ;
  • il aide à la remémoration ;
  • il offre un lien émotionnel très puissant avec la situation vécue et décrite ;
  • il permet une prise de distance avec des préconceptions du fait d’assumer de représenter ou non certains traits et attributs du paysages ou des individus ;
  • il génère des situations de collaborations avec les informateurs, lorsque ceux ci commentent le dessin en train de se faire par exemple.  

Peut-être parce qu’il reste marginal, ou plutôt faiblement institutionnalisé au sein des sciences sociales, le dessin peut présenter une forme d’attrait lié à son statut de curiosité encore un peu « sauvage ». Dans un bel article consacré à l’analyse des archives de l’anthropologue Arthur Bernard Deacon (lors d’un terrain ayant eu lieu en 1926-27, voir cet article), Haidy Geismar rappelle néanmoins que le dessin ethnographique inscrit au sein des carnets de terrain, ne sont pas exempts de déterminismes et de valeurs peu ou pas réfléchie. Cela peut sembler évident, mais lorsque je travaille avec des designers qui pratiquent le dessin en situation d’enquête, cette problématique de socialisation du dessin est peu présente, au contraire d’un argumentaire qui valorise le caractère spontané et « immédiat » de l’image crayonnée.

Une deuxième modalité d’usage du dessin porte sur la collecte, suscitée notamment, de productions graphiques de la part des informateurs. Qu’il s’agisse de cartes mentales ou des représentations d’une catégorie culturelle (par exemple les usages et représentations du mais par des jeunes Totonaques et Hongrois dans une étude conduite par Annamaria Lammel, 1997), ce support permet un travail d’élicitation, la carte servant finalement à raconter le territoire, pour reprendre une expression connue. Dans ce cas, se sont les compétences de l’informatique qui sont à prendre en compte. Je me rappelle ainsi un bel article – mais sans malheureusement pouvoir remettre un nom dessus – qui comparait dessins de cadres et dessins d’ouvriers au sein d’usines européennes – rappelant que le dessin fait aussi l’objet d’un codage et que l’autocensure existe tout autant que dans le langage.

Ces limites, qui sont des précautions sommes toutes classiques pour une démarche d’enquête en sciences sociales, ne justifient pas l’absence du dessin dans les activités de médiation et de communication des données de terrain ? Une absence que l’on retrouve même au sein de l’anthropologie visuelle, finalement assez peu prolixe sur le sujet. Au mieux, le dessin semble cantonné à l’idée de renforcer ou de supporter un message. Deux exceptions remarquables montrent pourtant l’existence de réelles opportunités de création d’un langage propre au dessin dans une démarche d’anthropologie.

La première est assez connue, même si elle n’a pas donné lieu à beaucoup de suites, a été proposée par Albert Piette dans son analyse du détail et des rituels carnavalesques belges, en particulier telle que décrite dans Ethnographie de l’action. L’observation des détails (1996). Il l’appelle méthode grapho-photographique et a l’ambition de faire entrer le commentaire – jugé nécessaire pour faire de l’image un objet descriptif (voir aussi cet article) – dans l’image ainsi traitée.

Par le détourage de photographie, on peut ainsi, par exemple, mettre en avant de petites dissonances entre l’activité du groupe et celle de quelques individus en marges, par exemple ; révélant ainsi la plasticité du rituel aux formes de désengagement. Cette démarche de mise en dessin de l’image photographique n’est pas sans rappeler une propriété de la bande dessinée rappelée par Scott McCloud dans sa célèbre analyse de L’art invisible (1993) : l’épure apporté par le dessin suggère le mouvement et invite le lecteur à compléter mentalement la dynamique des strips. Le détourage, en opérant une sélection drastique sur le réel, met l’accent sur les éléments signifiant, et rend possible une reconstruction en quelque sorte guidée de ce que l’auteur cherche à montrer sans devoir tout laissé au commentaire, et donc à l’écrit.

Etrangement, cette initiative pourtant très fine n’a pas été suivie d’effets, le travail discursif sur le détail ayant semble-t-il récolté une plus grande attention et prolongation chez nos collègues que celui portant sur la méthode graphique.

Une seconde exception plus récente, est l’exercice de collaboration du design graphique avec l’anthropologie de Dennison 2015 (L’article Situating Graphic Anthroplogy). Par le collage et  le « branding » (création d’une marque en quelque sorte), le travail graphique par les membres d’une communauté indigène lors de la préparation d’un livre leur étant dédié avait pour objectif de créer certaines effets chez le lecteur, visant à renforcer les messages, et affiner le processus de connaissance par le dialogue né dans la construction et le test de supports. Dans le premier cas, l’auteur reconnaît des difficultés dans la capacité de créer et de tester la valeur de cette réception.

On voit donc que le dessin pose la question de sa capacité à porter un discours par lui-même et donc à présenter une propre qualité descriptive, auprès d’un « public ». Et questionne le statut de l’anthropologie, qui apparaît alors comme une démarche de commentaire sur le réel.

Le dessin du designer serait lui, tout à l’inverse, peu ou mal commenté. Je dois avouer que je suis souvent déçu de la pauvreté des descriptions et justifications de certains étudiants ou collègues designer lorsqu’ils commentent leur travail. Ce qui évoque une myriade d’émotions complexes ou d’idées ambiguës devient banal, voir parfois problématique, quand ils sont décris. Dis autrement, la force d’une intervention est rarement exprimée dans les mots qui la commentent, même par leur auteur. Et pourtant, dans certaines circonstances, « cela marche », et le dessin est porteur d’effets non seulement génératifs, mais aussi de connaissance.

Faut-il y voir une frontière, en miroir, entre les deux pratiques ?

Je crois qu’une piste de rapprochement, réside dans le fait que le dessin du designer est un acte de projection, et par là même, de dire quelque chose qui n’existe pas encore. D’en tester l’hypothèse. Est-ce que, dès lors, un dessin anthropologique pourrait émerger en tant qu’hypothèse sur des mondes qui n’existent pas ? A la manière, par exemple, des démarches d’activistes de mouvements indigènes qui utilisent la bande dessinée, notamment, comme médium pour raconter des hypothèses de futures alternatives aux voies dominantes (cf. gutsmagazine) ?

Je me demande surtout si ne je n’aurais pas du essayer de dessiner ceci plutôt que de l’écrire ?

Nicolas : L’appel à un « dessin anthropologique » que tu formules ici me semble tout à fait pertinente. C’est un sujet qui me parle du fait de mon intérêt pour l’innovation dans les méthodes ethnographiques, en lien avec différents projets que je mène sur les cultures numériques. Et je perçois les enjeux de deux manières. D’un côté, il y a l’usage du dessin chez les anthropologue, et de l’autre l’inspiration potentielle que pourraient fournir les pratiques des designers.

(Mobile Repair Cultures, Anaïs Bloch et Nicolas Nova, 2017)

Sur le premier point, je dois dire qu’hormis quelques exceptions (l’anthropologie des techniques dans la lignée de Leroi-Gourhan et ses collègues, l’anthropologie biologique), il me semble partager ton constat d’une faible présence du dessin. Même en anthropologie visuelle, c’est surtout la photographie, ou le film, qui semble être l’alpha et l’omega. Les initiatives récentes – par exemple cette série de rencontres organisées par Frédéric Joulian – sont encore exceptionnelles. De mon point de vue, cette présence limitée du dessin s’inscrit plus largement dans une culture visuelle qui semble faiblement présente en anthropologie… et qui me fait penser à cette citation de Bachelard mobilisée par le même Frédéric Joulian lors d’une journée récentre aux Arts Décoratifs à Paris : « Une science qui accepte les images est, plus que toute autre, victime des métaphores. Aussi l’esprit scientifique doit-il sans cesse lutter contre les images, contre les analogies, contre les métaphores » (Bachelard, 1970). Depuis cette époque, nous avons fait du chemin, mais cette critique de l’image me parait avoir fait des dégâts plus généralement dans la formation en anthropologie, et en particulier dans les modules de cours en ethnographie. Intervenant régulièrement dans diverses institutions académiques, je suis toujours surpris de constater comment les techniques d’enquête, d’analyse et de restitution n’abordent pas ces sujets. Et, si à une époque c’était l’argument bachelardien qui l’expliquait, ce sont aujourd’hui d’autres motivations que l’on m’indique : manque de temps, absence de compétences sur ce sujets de l’équipe enseignante, manque de moyens pour inviter des externes. Ce qui se ressent d’ailleurs dans la manière de discuter de ce thème. Quelle différence avec les écoles d’arts appliquées, dans lesquelles, culture visuelle oblige, on parle de dessin d’observation, de croquis, de visualisation d’informations et de design graphique, de conception de diagrammes, de dessin libre, etc. Il ne s’agit évidemment pas ici de metter ces formations sur un piédestal, car, comme tu l’as souligné, les designers ont parfois du mal à « faire parler leur dessin », mais je constate le décalage. Et ce, d’autant plus que ma formation initiale, en sciences de la vie et de la terre, m’a amené à devoir pratiquer le dessins dans ses multiples dimensions (croquis d’observation de la locomotion chez tourtes sortes d’espèces animales, dessins schématique en physiologie, dessin analytique, réalisation de diagrammes ou dessin anatomique, reconstitution de chaîne opératoire paléontologique, etc.) Je trouve intéressant le fait que d’autres disciplines académiques, malgré la critique Bachelardienne, ait pu « s’emparer du dessin » et de ses qualités.

Mon second point concerne l’inspiration anthropologique que peut fournir le dessin chez les designers. Et particulièrement chez ceux qui ont une pratique réflexive à ce sujet. Sans parler de mon travail sur les gestes liés aux objets numériques, je citerais plutôt la démarche d’observation d’un Dan Hill, et sa manière d’induire des typologies de postures influencées par les usages du WiFi, ou, plus fascinant encore, la façon dont il emploie, avec Andrew Van de Moere, papier-calque, dessin et photographie pour saisir la présence de capteurs urbains.

(Sketchbook: Teaching and drawing Urban Sensing, Dan Hill & Andrew vande Moere, 2009)
(Sketchbook: Teaching and drawing Urban Sensing, Dan Hill & Andrew vande Moere, 2009)

Leur article à ce sujet est particulièrement intéressant en ce qu’il explicite comment la démarche de création propre au dessin et plus largement à l’usage de différents éléments matériels, a des vertus épistémiques. C’est la raison pour laquelle une des clés du développement du « dessin anthropologique », et plus généralement de croisement entre les manières de faire des designers et des anthropologues, réside dans le cadre de la « research-through-design » (ou de la « recherche-création »), qui propose justement de croiser exploration matérielle et épistémique (Frayling, 1993, 2015). A suivre.

Références bibliographiques

Bachelard, G. (1970). La formation de l’esprit scientifique, p.38, Librairie Philosophique J. Vrin.

Frayling, C. (1993) Research in Art and Design. Royal College of Art Research Papers, 1(1), 1-5

Frayling, C. (2015) Closing Provocations of the 2015 Research through Design conference.

Olivier. Se sont des très jolis exemples. J’ai une vraie curiosité pour le détourage et l’exemple de Van de Moore et Hill est parfait, à rapproche de la méthode d’Albert Piette citée plus haut je pense. Le détourage me semble aussi un moyen de commenter par l’image, en multipliant les couches de lectures sans devoir retomber sur du texte pour en dire quelque chose. Les auteurs expliquent toutefois dans l’article que les résultats des étudiants se sont avérés très inégaux. Ce n’est donc pas un projet « évident, mais il me semble que sur son point on est d’accord. Ensuite, il y a la dimension projective que je trouve puissante : on peut aisément suggérer une modification, une intervention, sans dénaturer l’information initiale, ce qui est précieux. Un mode de pensée très CAO où on peut jouer sur les strates de données pour tester des hypothèses. 

A ma connaissance, Janet Blomberg, alors chez Xerox, est la première à voir introduit ce type d’outil du calque, aussi comme un outil collaboratif dans le travail d’analyse. 

Blomberg & al. 1993

Lea Slimani, étudiante en DSAA à Villefontaine a utilisé ce type de technique dans son mémoire de fin d’année pour faire parler ses informateurs – résidents d’un foyer d’accueil pour travailleurs. Devant la difficulté d’ouvrir la parole, elle a utilisé un support en bois représentant le plan de l’institution et elle a suite placé dessus des calques pour demander aux personnes qu’elle y rencontrait de tracer leurs trajectoires quotidiennes, et d’augmenter par des gommettes les lieux agréable et désagréables. Et ainsi ouvrir le dialogue. Je trouve que cet exemple illustre bien le potentiel de ce travail en couche pour enrichir librement, guider sans totalement contraindre, et ouvrir à la projection et à l’intervention sans perdre l’information initiale. 

 (c) Lea Slimani, DSAA Villefontaine 2014. 


Faire de l’anthropologie avec les choses.

J’ai longtemps pensé que l’apport du design à l’enquête de terrain était sa capacité à concevoir des objets intermédiaire pour aider à créer de la connaissance. Or, l’anthropologie se fait avec des artefacts, plus peut-être qu’on ne l’imagine lorsque l’on pense à la figure de l’ethnographe, engagé « corps et âme » dans son terrain.

D’abord, l’enquête se fait avec des “choses” : carnets et crayon, enregistreurs, ordinateurs et accès internet, appareil photos et caméras, etc. Parfois, peut-être plus souvent qu’on ne l’imagine car ces étapes de « bricolage méthodologique » de la recherche sont peu fréquemment partagés dans les articles et ouvrages, l’ethnographe construirait et proposerait des dispositifs matériels pour donner à son enquête une nouvelle direction, engager un « dialogue » original avec ses informateurs, ou encore simplement rendre possible l’accès au terrain.

Doit-on dès lors parler d’une épistémologie propre à cette façon de travailler le terrain, avec ses effets propres, ou bien est-ce un « à côté » de l’ethnographie qui permet de négocier avec le réel pour la rendre possible, mais qui consiste en un « glissement » en partie contrôlé, en partie masquer ? 

Trois premières pistes montrent à tous le moins une forte richesse, à défaut de présenter une intégration forte dans le régime standard de la discipline. 

La première consiste dans la mobilisation des objets pour aider un informateur à évoquer une situation ou à partager une expérience.  On pense en particulier à la photo-élicitaiton, technique relativement  bien connue mais qui semble vouée à présenter un caractère quelque peu marginal ou accidentel (Papinot 2007). On peut également demander aux usagers de photographier eux-mêmes des objets de manière à les faire parler ensuite, renforçant en cela le travail (Bean & al. 2017).

Plus « incarnés », les « walking tour » (Pink 2008) prennent appuis sur les déambulations dans les lieux pour favoriser à la fois la remémoration, et emprunter le rythme de l’activité décrite pour favoriser sa description. L’environnement se substitue à l’image pour reconnecter l’informateur à l’activité et aider à basculer de l’implicite à l’explicite.

A ma connaissance, un des seuls articles à glisser de l’image ou de la situation pour aller vers l’artéfact lui-même est une courte invitation de De Leon & Cohen (2005) à utiliser des « objects probes » comme facilitateur de prise de parole. Ces « objets bons à faire parler » peuvent être choisi par l’ethnographe ou proposé par l’informateur. Les auteurs nous expliquent qu’ils sont utiles en deux situation : (1) quand le sujet est stressant, il permet de parler de soi indirectement. Ensuite, (2) il aide à la remémoration.

L’objet, en tant que trace d’activité collectée ou générée, facilite ou rend possible la mise en discours de l’expérience.

Une deuxième piste d’exploration serait la création avec les informateurs de cartes mentales ou de cartographiques de lieux et de réseaux. La carte mentale est un outil classique des études urbaines depuis les travaux de l’Ecole de Chicago. C’est un outil puissant pour exprimer des visions symbolique de l’espace, mais aussi un outil de contestation (sur le « counter mapping », voir le très bel article de Carolin Genz et Diana Lucas-Drogan à ce propos). Mais c’est aussi un outil qui masque parfois mal ses conditions de production – tous le monde ne « sait pas » dessiner, ou ne s’autorisent pas à dessiner. Pour que les usagers puissent « mapper », il faut leur apprendre à dessiner ! La co-conception de productions commune pose la question de la nature des compétences en jeu. J’en reparlerai en abordant la place du dessin dans la pratique du terrain, un enjeu de co-compétence inégalement partagée peut évoquée, même dans un ouvrage aussi fécond et excellent que Drawn To See d’Andrew Causey (2016).

Enfin, troisième piste largement explorée, les interventions à la croisée de l’art et de l’anthropologie. La pratique des installations permet d’envisager des modalités non visuelles de partage (on dirait « restitution », mais cela va au-delà) de connaissances. Cassandra Hartbaly (2018) rapporte une expérimentation très intéressante visant l’exploration des mobilités urbaines dans un contexte de handicap, en Russie. Pour rendre compte de données de terrain, en particulier concernant les difficultés de se mouvoir pour les personnes qu’elle a suivi, elle a réalisé une petite exposition dans laquelle elle invitant les visiteurs à s’exprimer…. en plaçant leur « vote » dans une boite mise en hauteur, difficilement accessible. L’installation est une expérience pour observer les réactions des usages, à la manière (plus douce) des « breaching experiment » de Harold Garfinkel. L’ethnographe observe les réactions suscitées dans ce temps de partage, comme une nouvelle matière qui s’appuie sur sa propre analyse. Le fait de mettre en place l’installation pose parfois des problèmes plus important que ce que révèle le terrain. (cf. Madison 2012 cité dans Hartblay 2018 : 176).

Dans tous ces exemples, les objets, collectés, transformés, mis en scène ou créés, voire co-créés, prolongent la démarche d’immersion. Ils permettent aux informateurs de prendre appui. Est-ce qu’ils disent autre chose ? Est-ce qu’ils expriment quelque chose de singulier que la rencontre ordinaire ne permet pas de dévoiler ? Sur ce sujet, ces expérimentations, comme mes propres démarches en ce sens, ne font pas l’objet d’une comparaison claire pour aider à trancher. C’est un enjeu qui me semble important à explorer.

Réaction de Nicolas

Cette typologie d’usages artefactuels dans l’activité ethnographique pourrait être complétée avec un quatrième axe. Celui-ci consisterait à prendre la création d’objets, de maquettes ou d’assemblages de matériaux, comme contribution à l’analyse du matériau d’enquête, avant même la « restitution ». Cela me fait penser à la citation suivante de Claude Lévi-Strauss :

« Les transformations très complexes que je voulais mettre en lumière, je n’arrivais à me les représenter qu’au terme d’un travail manuel autant qu’intellectuel. Avec du carton, du papier et de la ficelle, je construisais des modèles en trois dimensions dont beaucoup de mes schémas ne sont que des projections sur le plan. Pendant des mois et jusqu’à ce qu’il se détériore, un de ces modèles, haut de près d’un mètre, a pendu au plafond du laboratoire d’anthropologie sociale, comme un mobile de Calder. » (Lévi-Strauss & Eribon, 1988)

Si l’on pourrait trouver d’autres exemples plus récents d’une telle démarche, cette manière d’expliciter l’apport de la « manipulation des choses » dans un processus de synthèse et d’analyse de contenus multiformes (matériau empirique, concepts) me semble intéressante à double titre. D’abord pour ce qu’elle semble permettre conceptuellement à son auteur, mais aussi par son manque de valorisation dans la production académique standard (je n’ai d’ailleurs jamais réussi à mettre la main sur des photos de ce fameux mobile). Il y a donc matière à innover sur ce point-là.

Dans le champ du design, et en particulier dans les ateliers d’initiation à l’enquête de terrain auxquels je suis amené à organiser, cela se traduit par toutes sortes d’objets : mur d’analyse de contenus multiples (une idée empruntée notamment à la chercheuse Shannon Mattern et ses « forensic crazy walls« ), diagrammes informationnels imprimés sur des supports de tout type, maquettes, cartographies, modèles en trois dimensions, livret et autres fanzines, etc. Si j’invite les étudiant.e.s à procéder de la sorte en leur montrant quelques exemples, c’est un usage qui apparait très fréquemment spontanément, car en adéquation avec les manières de faire des designers et apprenti-designers. Ceci étant, il me semble, pour revenir à l’introduction de ce billet, que ce n’est pas l’apanage des arts appliqués, et que l’anthropologie peut s’en saisir tout autant. De telles démarches interrogent cependant sur les compétences formelles nécessaires à la production artefactuelle, qui, suivant les cas, peut être plus ou moins élaborée.

Mur d’analyse (Design Investigations, Die Angewandte, Vienne – N. Nova 2018)

Olivier. Je trouve l’outil du mur d’analyse un très bel exemple des difficultés inhérentes à ces approches. Il y a d’un côté une méthode capable de supporter une démarche inductives – en accumulant des faits hétérogène dans un premier temps sans a priori de lecture, prolongeant ainsi les techniques du diagramme d’affinité (Brassard 1989) ou du « diagnostic mapping » (Lanzara & Mathiassen 1985) – qui permet de ne pas fermer les concepts trop tôt dans un projet, un avantage qu’a bien exprimé Adam Drazin (2013).  

Et en même temps, lorsque je pratique en groupe ce type de démarche, je ne peux m’empêcher d’être sensible à l’argument formulé par Robert Moraïs que ces outils (il parlait d’ethnographie en général, mais je trouve qe cela fonctionne ici aussi) qui laissent la porte ouverte au « cherry picking », c’est-à-dire à la collecte d’idées et d’impressions en fonction de ce que l’on souhaite y trouver. Dis autrement, la souplesse de l’outil a pour contrainte une grande plasticité dans son appropriation, qui parfois aboutit à découvrir ce qu’on voulait voir ou à conduire à des effets de renforcements de clivages ou de concepts qu’il faudrait au contraire déconstruire. 

Cela me fait aussi penser aux « war room » en entreprise, ces « salles projets » où sot accumulées les données d’un projet. Il y a un côté immersif parfois très approximatif (deux posters et 5 post-it issus d’une cession ancienne) présentant le mérite de permettre de partager la connaissance utile. Par expérience, le « nettoyage » fréquent et la clarification du travail de catégorisation par des codes approprié permet d’en faire un outil de dialogue efficace, et non un artifice qui sert plus à montrer qu’à faire. Une agence avec laquelle je travaille parfois a pris l’habitude de systématiser la production de posters géants pour fixer ces apprentissages au-delà de la phase d’enquête, tout en préservant cet aspect (cette esthétique ?) « raw ». 

Reste que couplé à un peu de « systématique floue » dans la catégorisation des données, et à des allers et retours vers le terrain, je trouve que l’outil présente une réelle efficacité pour faire vivre une démarche d’enquête et d conception, la rendre concrète et contribuer à la participation des différentes personnes impliquées. C’est donc aussi un outil collaboratif (autre sujet de post à venir, l’ethnographie à plusieurs !?) Pour ma part je l’utilise surtout lors de missions de terrain collectives, pour dresser le bilan des apprentissages en fin de journée. Le mur prend ainsi une forme parfois linéaire, chaque jour ajoutant son lot de données, mais aussi dans mon cas l’application d’un nouveau filtre d’analyse qui approfondit, test ou reconfigure les hypothèses de la veille. 

Références bibliographiques

Bean, J., Figueiredo, B. & Larsen, H. & al. 2017, « The Object of Research: Considering Material Engagement Theory and Ethnographic Method », EPIC Proceedings, pp. 262-272.

De Leon, J. & Cohen, J., 2005, « Object and Walking Probes in Ethnographic Interviewing, Field Methods, vpl. 17, n°2, pp. 200-204.

Drazin, A. 2013. « The Social Life of Concepts in Design Anthropology », in Gunn, W. & al. (dirs.) Design Anthropology. Theory and practice, London, Bloomsbury, pp. 33-50. 

Hartblay, C. 2018, « This is not thick description: Conceptual art installation as ethnographic process », Ethnography, vol. 19, n° 2, pp. 153-182.

Lévi-Strauss, C./Eribon, D. 1988, De près et de loin, Paris: Odile Jacob.

Papinot Ch. 2007, » Le « malentendu productif ». Réflexion sur la photographie comme support d’entretien », Ethnologie française Vol. 37, Pp. 79-86.

Faire avec l’anthropologie

L’anthropologie et ses méthodes occupe une place de plus en plus lisible dans les démarches de conception et d’innovation, en particulier en lien avec le design. Pourtant, elle reste souvent cantonnée, dans la sphère économique et technique, à quelques rôles et outils, de l’observation participant à l’analyse des variations culturelles. Dans ce carnet, nous souhaitons explorer les moyens mis en oeuvre par les anthropologues pour contribuer au « faire », qui a bien des égards le rapproche du travail du designer (usage des maquettes, création de prototype, expérimentation et scénarisation des terrains, …) et questionner les façons contemporaines d’y parvenir.

Ce carnet poursuit à la fois une démarche de partage et de débat et entend contribuer, par le format du carnet lui-même, à explorer des moyens de « faire » connaissance au bénéfice des démarches de conception.