Controverses théorie-pratique

Nicolas : enseignant l’anthropologie des techniques dans plusieurs d’écoles d’arts appliquées, je suis amené, lors d’invitations ou lors de rencontres informelles, à croiser des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent à ce contexte d’enseignement de recherche. Les discussions sont toujours fertiles, en lien avec les parcours, les expériences, et les intérêts de chacun, mais j’ai récemment relevé une controverse récurrente.

Les interlocuteurs semblent tous s’accorder sur l’intérêt de ces disciplines et de leur application dans le champ de la création, mais, tout d’un coup, je vois les anthropologues (ou sociologues) se raidir lorsque les collègues designers leur font sentir qu’il sont des « théoriciens », un qualificatif qui entraine en général une réaction d’énervement (ou de lassitude, c’est selon) puis une réponse du genre « non mais on ne se contente pas de théorie, on va sur le terrain, on produit un matériau d’enquête, on va l’analyser, parfois on doit construire un dispositif pour cela, et plus tard on produira éventuellement des concepts pour leurs articles. ». Ce à quoi, les collègues designers répondent qu’ils ne voient pas bien où est le problème, et que tout cela leur semble bien relever de ce que fait un « théoricien ». Chacun y met son grain de sel et les arguments fusent. J’ai en tête une spécialiste des cultures matérielles, plus pédagogue que les autres, qui affirma lors d’une rencontre quelque chose comme « L’anthropologie c’est aussi une pratique, il suffit de s’en rendre compte en lisant les manuels d’ethnographie, d’enquête de terrain », ou de cette proposition d’une collègue de retour d’un terrain sud-américain : « En anthropologie, nous avons une double dimension théorique et pratique, on ne peut pas réduire la discipline à des considérations abstraites et conceptuelles, ni à une fonction méthodologique ». Ce qui me semble on ne peut plus vrai de mon point de vue anthropologique, mais ce constat n’est pas forcément partagé par mes collègues.

La conversation plus ou moins animée se poursuit, témoignant d’une incompréhension mutuelle, jusqu’à ce qu’une designer lâche le morceau avec quelque chose du genre : « vous êtes des théoriciens parce que vous n’êtes pas des praticiens, vous ne produisez pas des objets à destination du grand public, vous n’avez pas un studio, une agence, vous produisez des connaissances, mais vous n’êtes pas dans le même monde ». Ou, de manière plus directe : « les théoriciens ce sont ceux qui écrivent et qui parlent, les praticiens ce sont ceux qui produisent des objets et qui les diffusent ». Ouch !

Si je suis d’accord avec les anthropologues sur la dimension « pratique » fondamentale de cette discipline – c’est d’ailleurs l’un des thèmes qui me passionne dans le fait de travailler dans une école d’art et de design – je trouve cette incompréhension avec les designers particulièrement intéressante. Elle oblige en effet à saisir que derrière ce qualificatif de « théoricien » se cache des considérations qui ne sont pas forcément perceptibles au chercheur en sciences sociales débarquant fleur au fusil en école d’arts appliqués. Sans décrire toutes les nuances, il en est une qui me semble fondamentale pour comprendre l’opposition théorie/pratique : celle-ci renvoie souvent à une logique de distinction courante dans ce contexte d’enseignement. Les praticiens sont les designers et artistes qui ont une activité en parallèle de leurs enseignements, qui ont reçu une formation en école, et surtout qui interviennent dans des ateliers de réalisation de projet, et parfois de cours sur une technique précise (« Initiation à la programmation », « Modélisation 3D »). Les théoriciens, couramment des historiens de l’art ou des philosophes, sont ceux qui donnent des cours ou des séminaires, qui ont reçu une formation universitaire et dont la production est essentiellement discursive. C’est dans ce contexte que vient se loger la discussion mentionnée ci-dessus. Et c’est d’ailleurs souvent lors des échanges à propos du calendrier de cours – dans lequel des plages horaires sont dévolues aux enseignements « pratiques  » et « théoriques » – qu’apparaissent les incompréhensions : est-ce que l’anthropologue va intervenir dans un atelier (la réalisation d’un projet encadré par une équipe d’enseignants), ou bien dans un cours théorique (c’est à dire quelques heures dans une salle dans les étudiants sont assis à écouter et prendre des notes) ? Va-t-on lui demander un cours technique (ce qui pourrait paraître antithétique avec la notion de sciences humaines et sociales) ? Suivant les écoles et suivant les situations, tout est au fond possible, et j’ai pu me retrouver ainsi à offrir un atelier d’initiation à l’enquête de terrain, un cours sur l’importance de l’observation dans le design, un séminaire sur l’anthropologie des techniques numériques(1).

Dans tous les cas, ces discussions sont passionnantes pour les anthropologues, car elles obligent à repenser la discipline et ses apports dans un contexte différent de celui auquel ceux-ci sont habitués. Si, comme je l’ai dit plus haut, je pense que l’anthropologie comprend à la fois une dimension théorique et pratique, ces réflexions nous poussons à mieux saisir l’articulation entre les deux, et nuancer la dimension « appliquée » de l’anthropologie.

Notes:

(1) Paradoxalement, cette diversité me semble plus manifeste dans le contexte d’école d’art et de design qu’en école d’ingénieur ou de commerce, dans laquelle je relève une tendance à cantonner l’anthropologie à sa dimension méthodologique d’enquête de terrain (en général en préalable à la conception de produits ou de services). Un reproche que le chercheur Paul Dourish faisait déjà en 2006.

Olivier : Oh oui, ça fait mal de se faire renvoyer dans les cordes de l’intellectualisme : ) 

J’ai le sentiment que trois problématiques se mélangent sur ce sujet.

La première est celle de la capacité d’avoir un impact sur « le monde ». A ce titre,  le « faire » de l’anthropologue dont tu parles renvoit aux conditions de production d’une connaissance, et donc réduit la capacité à avoir un impact. Sauf à valoriser le moment de l’enquête comme une performance en soi, transformatrice pour les différents acteurs concernés, ce qui est d’ailleurs une posture polémique : dans ma formation on m’a surtout appris à minimiser l’impact de ma présence, voire à en faire un atout temporaire lors de la recherche (jusqu’au cas extrême des breaching experiments), mais à réduire l’impact à long terme. Il y a des alternatives à cette vision, entre guillemet classique, et l’on peut en effet se demander si ce « faire » dans le temps de l’enquête n’est pas un terrain d’intervention sous-exploité à ce jour.

La seconde concerne les enjeux de pouvoir au sein des institutions. C’est assez banal de le répéter, mais face à des institutions où les postes à pouvoir sont limités, il n’est pas inutile de classer/ déclasser « son épistémologie » au regard de celle « des autres ». Parfois, ce n’est que cela. Il m’est arrivé plusieurs fois d’entendre d’un collègue designer me dire : « ce n’est pas aussi rigoureux (entendu sans théorie et sans grille d’entretien de 3 pages) que ce que tu ferais, mais… », que l’on peut lire comme une manière de déminer ce potentiel conflit d’autorité sur la légitimité du travail et d’avancer rapidement vers les « choses » produites. En retour, les anthropologues intervenant en entreprise ou dans le conseil répètent fréquemment leur souci de valoriser leur apport théorique, contre un usage « braconné » de l’ethnographie par des non diplômés des sciences-sociales. Face à un prospect en rendez vous commercial, je pense ne pas être meilleur que les autres en abusant probablement d’arguments d’autorité disciplinaires du même type.

Enfin, je trouve intéressant cette focale sur l’objet. En quoi, finalement, un objet serait-il plus concret qu’une idée (qui, pour exister, nécessite des supports-objets comme des livres ou des écrans, et des infrastructures, etc.) ? Et à l’inverse, un objet est-il dénudé de valeurs et de symboles ? Ces deux questions sont bien sur rhétoriques. Pour essayer de dépasser ce point, j’aime beaucoup le concept de performativité, qui permet de déplacer la question de « l’impact » de la matière vers le registre des effets. A ce titre, on peut interroger « l’effet que cela fait » de produire une oeuvre critique dans le contexte d’une exposition d’art ? L’effet que cela fait de créer des objets en plastique consommé par des millions de personnes ? L’effet que cela fait de montrer que l’économie de l’emploi repose sur des « bullshit jobs » (pour ne citer qu’un succès de librairie récent de l’anthropologie). Rapporté à ce critère, on peut en effet apporter un regard plus nuancé, je pense, aux problématiques hiérarchiques entre théoricien et praticien ?  

Références bibliographiques

Dourish, P. 2006, Implications for Design, Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, April 22-27, 2006, Montréal, Québec. [doi>10.1145/1124772.1124855] .


Faire de l’anthropologie avec les choses.

J’ai longtemps pensé que l’apport du design à l’enquête de terrain était sa capacité à concevoir des objets intermédiaire pour aider à créer de la connaissance. Or, l’anthropologie se fait avec des artefacts, plus peut-être qu’on ne l’imagine lorsque l’on pense à la figure de l’ethnographe, engagé « corps et âme » dans son terrain.

D’abord, l’enquête se fait avec des “choses” : carnets et crayon, enregistreurs, ordinateurs et accès internet, appareil photos et caméras, etc. Parfois, peut-être plus souvent qu’on ne l’imagine car ces étapes de « bricolage méthodologique » de la recherche sont peu fréquemment partagés dans les articles et ouvrages, l’ethnographe construirait et proposerait des dispositifs matériels pour donner à son enquête une nouvelle direction, engager un « dialogue » original avec ses informateurs, ou encore simplement rendre possible l’accès au terrain.

Doit-on dès lors parler d’une épistémologie propre à cette façon de travailler le terrain, avec ses effets propres, ou bien est-ce un « à côté » de l’ethnographie qui permet de négocier avec le réel pour la rendre possible, mais qui consiste en un « glissement » en partie contrôlé, en partie masquer ? 

Trois premières pistes montrent à tous le moins une forte richesse, à défaut de présenter une intégration forte dans le régime standard de la discipline. 

La première consiste dans la mobilisation des objets pour aider un informateur à évoquer une situation ou à partager une expérience.  On pense en particulier à la photo-élicitaiton, technique relativement  bien connue mais qui semble vouée à présenter un caractère quelque peu marginal ou accidentel (Papinot 2007). On peut également demander aux usagers de photographier eux-mêmes des objets de manière à les faire parler ensuite, renforçant en cela le travail (Bean & al. 2017).

Plus « incarnés », les « walking tour » (Pink 2008) prennent appuis sur les déambulations dans les lieux pour favoriser à la fois la remémoration, et emprunter le rythme de l’activité décrite pour favoriser sa description. L’environnement se substitue à l’image pour reconnecter l’informateur à l’activité et aider à basculer de l’implicite à l’explicite.

A ma connaissance, un des seuls articles à glisser de l’image ou de la situation pour aller vers l’artéfact lui-même est une courte invitation de De Leon & Cohen (2005) à utiliser des « objects probes » comme facilitateur de prise de parole. Ces « objets bons à faire parler » peuvent être choisi par l’ethnographe ou proposé par l’informateur. Les auteurs nous expliquent qu’ils sont utiles en deux situation : (1) quand le sujet est stressant, il permet de parler de soi indirectement. Ensuite, (2) il aide à la remémoration.

L’objet, en tant que trace d’activité collectée ou générée, facilite ou rend possible la mise en discours de l’expérience.

Une deuxième piste d’exploration serait la création avec les informateurs de cartes mentales ou de cartographiques de lieux et de réseaux. La carte mentale est un outil classique des études urbaines depuis les travaux de l’Ecole de Chicago. C’est un outil puissant pour exprimer des visions symbolique de l’espace, mais aussi un outil de contestation (sur le « counter mapping », voir le très bel article de Carolin Genz et Diana Lucas-Drogan à ce propos). Mais c’est aussi un outil qui masque parfois mal ses conditions de production – tous le monde ne « sait pas » dessiner, ou ne s’autorisent pas à dessiner. Pour que les usagers puissent « mapper », il faut leur apprendre à dessiner ! La co-conception de productions commune pose la question de la nature des compétences en jeu. J’en reparlerai en abordant la place du dessin dans la pratique du terrain, un enjeu de co-compétence inégalement partagée peut évoquée, même dans un ouvrage aussi fécond et excellent que Drawn To See d’Andrew Causey (2016).

Enfin, troisième piste largement explorée, les interventions à la croisée de l’art et de l’anthropologie. La pratique des installations permet d’envisager des modalités non visuelles de partage (on dirait « restitution », mais cela va au-delà) de connaissances. Cassandra Hartbaly (2018) rapporte une expérimentation très intéressante visant l’exploration des mobilités urbaines dans un contexte de handicap, en Russie. Pour rendre compte de données de terrain, en particulier concernant les difficultés de se mouvoir pour les personnes qu’elle a suivi, elle a réalisé une petite exposition dans laquelle elle invitant les visiteurs à s’exprimer…. en plaçant leur « vote » dans une boite mise en hauteur, difficilement accessible. L’installation est une expérience pour observer les réactions des usages, à la manière (plus douce) des « breaching experiment » de Harold Garfinkel. L’ethnographe observe les réactions suscitées dans ce temps de partage, comme une nouvelle matière qui s’appuie sur sa propre analyse. Le fait de mettre en place l’installation pose parfois des problèmes plus important que ce que révèle le terrain. (cf. Madison 2012 cité dans Hartblay 2018 : 176).

Dans tous ces exemples, les objets, collectés, transformés, mis en scène ou créés, voire co-créés, prolongent la démarche d’immersion. Ils permettent aux informateurs de prendre appui. Est-ce qu’ils disent autre chose ? Est-ce qu’ils expriment quelque chose de singulier que la rencontre ordinaire ne permet pas de dévoiler ? Sur ce sujet, ces expérimentations, comme mes propres démarches en ce sens, ne font pas l’objet d’une comparaison claire pour aider à trancher. C’est un enjeu qui me semble important à explorer.

Réaction de Nicolas

Cette typologie d’usages artefactuels dans l’activité ethnographique pourrait être complétée avec un quatrième axe. Celui-ci consisterait à prendre la création d’objets, de maquettes ou d’assemblages de matériaux, comme contribution à l’analyse du matériau d’enquête, avant même la « restitution ». Cela me fait penser à la citation suivante de Claude Lévi-Strauss :

« Les transformations très complexes que je voulais mettre en lumière, je n’arrivais à me les représenter qu’au terme d’un travail manuel autant qu’intellectuel. Avec du carton, du papier et de la ficelle, je construisais des modèles en trois dimensions dont beaucoup de mes schémas ne sont que des projections sur le plan. Pendant des mois et jusqu’à ce qu’il se détériore, un de ces modèles, haut de près d’un mètre, a pendu au plafond du laboratoire d’anthropologie sociale, comme un mobile de Calder. » (Lévi-Strauss & Eribon, 1988)

Si l’on pourrait trouver d’autres exemples plus récents d’une telle démarche, cette manière d’expliciter l’apport de la « manipulation des choses » dans un processus de synthèse et d’analyse de contenus multiformes (matériau empirique, concepts) me semble intéressante à double titre. D’abord pour ce qu’elle semble permettre conceptuellement à son auteur, mais aussi par son manque de valorisation dans la production académique standard (je n’ai d’ailleurs jamais réussi à mettre la main sur des photos de ce fameux mobile). Il y a donc matière à innover sur ce point-là.

Dans le champ du design, et en particulier dans les ateliers d’initiation à l’enquête de terrain auxquels je suis amené à organiser, cela se traduit par toutes sortes d’objets : mur d’analyse de contenus multiples (une idée empruntée notamment à la chercheuse Shannon Mattern et ses « forensic crazy walls« ), diagrammes informationnels imprimés sur des supports de tout type, maquettes, cartographies, modèles en trois dimensions, livret et autres fanzines, etc. Si j’invite les étudiant.e.s à procéder de la sorte en leur montrant quelques exemples, c’est un usage qui apparait très fréquemment spontanément, car en adéquation avec les manières de faire des designers et apprenti-designers. Ceci étant, il me semble, pour revenir à l’introduction de ce billet, que ce n’est pas l’apanage des arts appliqués, et que l’anthropologie peut s’en saisir tout autant. De telles démarches interrogent cependant sur les compétences formelles nécessaires à la production artefactuelle, qui, suivant les cas, peut être plus ou moins élaborée.

Mur d’analyse (Design Investigations, Die Angewandte, Vienne – N. Nova 2018)

Olivier. Je trouve l’outil du mur d’analyse un très bel exemple des difficultés inhérentes à ces approches. Il y a d’un côté une méthode capable de supporter une démarche inductives – en accumulant des faits hétérogène dans un premier temps sans a priori de lecture, prolongeant ainsi les techniques du diagramme d’affinité (Brassard 1989) ou du « diagnostic mapping » (Lanzara & Mathiassen 1985) – qui permet de ne pas fermer les concepts trop tôt dans un projet, un avantage qu’a bien exprimé Adam Drazin (2013).  

Et en même temps, lorsque je pratique en groupe ce type de démarche, je ne peux m’empêcher d’être sensible à l’argument formulé par Robert Moraïs que ces outils (il parlait d’ethnographie en général, mais je trouve qe cela fonctionne ici aussi) qui laissent la porte ouverte au « cherry picking », c’est-à-dire à la collecte d’idées et d’impressions en fonction de ce que l’on souhaite y trouver. Dis autrement, la souplesse de l’outil a pour contrainte une grande plasticité dans son appropriation, qui parfois aboutit à découvrir ce qu’on voulait voir ou à conduire à des effets de renforcements de clivages ou de concepts qu’il faudrait au contraire déconstruire. 

Cela me fait aussi penser aux « war room » en entreprise, ces « salles projets » où sot accumulées les données d’un projet. Il y a un côté immersif parfois très approximatif (deux posters et 5 post-it issus d’une cession ancienne) présentant le mérite de permettre de partager la connaissance utile. Par expérience, le « nettoyage » fréquent et la clarification du travail de catégorisation par des codes approprié permet d’en faire un outil de dialogue efficace, et non un artifice qui sert plus à montrer qu’à faire. Une agence avec laquelle je travaille parfois a pris l’habitude de systématiser la production de posters géants pour fixer ces apprentissages au-delà de la phase d’enquête, tout en préservant cet aspect (cette esthétique ?) « raw ». 

Reste que couplé à un peu de « systématique floue » dans la catégorisation des données, et à des allers et retours vers le terrain, je trouve que l’outil présente une réelle efficacité pour faire vivre une démarche d’enquête et d conception, la rendre concrète et contribuer à la participation des différentes personnes impliquées. C’est donc aussi un outil collaboratif (autre sujet de post à venir, l’ethnographie à plusieurs !?) Pour ma part je l’utilise surtout lors de missions de terrain collectives, pour dresser le bilan des apprentissages en fin de journée. Le mur prend ainsi une forme parfois linéaire, chaque jour ajoutant son lot de données, mais aussi dans mon cas l’application d’un nouveau filtre d’analyse qui approfondit, test ou reconfigure les hypothèses de la veille. 

Références bibliographiques

Bean, J., Figueiredo, B. & Larsen, H. & al. 2017, « The Object of Research: Considering Material Engagement Theory and Ethnographic Method », EPIC Proceedings, pp. 262-272.

De Leon, J. & Cohen, J., 2005, « Object and Walking Probes in Ethnographic Interviewing, Field Methods, vpl. 17, n°2, pp. 200-204.

Drazin, A. 2013. « The Social Life of Concepts in Design Anthropology », in Gunn, W. & al. (dirs.) Design Anthropology. Theory and practice, London, Bloomsbury, pp. 33-50. 

Hartblay, C. 2018, « This is not thick description: Conceptual art installation as ethnographic process », Ethnography, vol. 19, n° 2, pp. 153-182.

Lévi-Strauss, C./Eribon, D. 1988, De près et de loin, Paris: Odile Jacob.

Papinot Ch. 2007, » Le « malentendu productif ». Réflexion sur la photographie comme support d’entretien », Ethnologie française Vol. 37, Pp. 79-86.